Modèle rusle

Dans le contexte de la perspective indienne, une certaine littérature est disponible sur la base des collines et des régions du plateau. Bhattarai et Dutta (2007) ont fait une comparaison des données DEM ayant des résolutions différentes, ainsi que l`utilisation de techniques SIG pour estimer l`érosion du sol et le rendement des sédiments en utilisant le modèle USLE et le ratio de livraison des sédiments (SDR). On observe que le rendement généré est plus proche de la résolution de 30 m que la résolution de 90 m des données DEM. Dans une étude en haute altitude, Jain et coll. (2001) ont estimé l`érosion du sol pour le bassin versant himalayen à l`aide de deux modèles: Morgan Model (Morgan et al. 1984) qui estiment le volume de l`écoulement terrestre et le modèle USLE pour l`estimation de l`érosion du sol. Ils ont constaté que le modèle Morgan est principalement adapté pour les terrains vallonnés comme l`Himalaya, comme le modèle USLE a une plus grande valeur de l`érosion du sol. Dans une étude dans les zones de plateau, Jain et Kothyari (2000) ont estimé l`érosion du sol et le rendement sédimentaire par le modèle USLE et SDR utilisant des techniques SIG pour les deux bassins versants de Jharkhand. Ils ont trouvé les zones sources de sédiments en utilisant les cartes du sol et le ratio de livraison des sédiments. Une autre étude menée dans les mêmes domaines a été réalisée par l`intermédiaire de Pedro et coll.

(2007), dans lequel ils ont identifié les zones sujettes à l`érosion critique à l`aide du modèle USLE par le biais des SIG et des techniques de télédétection et ont constaté que les différences entre le sol observé et l`estimation Perte. Une étude de Ghosh et Guchhait (2012) a estimé la perte de sol en utilisant les méthodes USLE et Morgan, Morgan et Finney (MMF) dans les secteurs latéritiques de Jharkhand et a constaté que la perte de sol estimée est plus grande dans la méthode MMF que dans la méthode USLE dans la plupart des types de sol. L`estimation de la perte de sol a également été réalisée dans les régions méridionales de l`Inde par Prasannakumar et coll. (2012). Dans cette étude, ils ont généré un facteur de gestion de la couverture (C) à l`aide de l`indice de végétation par différence normalisée (NDVI), un indicateur de la santé de la végétation pour estimer l`érosion du sol. La plupart des travaux ont été réalisés dans les collines et les régions du plateau de l`Inde, car ces zones ont fait face à plus de perte de sol que les régions plaine. Afin d`analyser le rôle de la perte de sol dans la sédimentation du réservoir, le taux de sédimentation temporelle du réservoir du barrage de Maithon a été expliqué. En raison de l`indisponibilité des données sur les rejets de sédiments et le rendement des sédiments, le ratio de distribution des sédiments n`a pas été calculé et le taux de sédimentation est utilisé pour mettre un point culminant sur le réservoir et la sédimentation des rivières (Hardon 1993). La variation du volume des dépôts sédimentaires à partir du dépôt moyen a été estimée à l`aide de données de sédimentation du réservoir de Maithon et elle est collectée à partir de la Division des données hydrauliques, DVC, Maithon.

Un graphe a été tracé en fonction de la distance entre le barrage et l`amont du réservoir afin de montrer le taux de sédimentation de la section différente du réservoir. On a analysé l`espace ainsi que la distribution de la sédimentation dans le réservoir de Maithon. La perte de différents types de capacité de stockage du réservoir de Maithon en raison de la sédimentation a été interprétée à l`aide des données de capacité de stockage recueillies auprès de la Division des données hydrauliques, DVC, Maithon. La tendance de la sédimentation et sa variation par la sédimentation moyenne ont été analysées dans le contexte temporel de 1955 à 2002. L`USLE a un autre concept d`importance expérimentale, le concept de parcelle d`unité.